Abyssinie, Abyssinia

11 novembre 2010 at 18:09 (Uncategorized)

Il est parfois des expériences tragiques et il n’est pas peu dire qu’aller aux Brasseurs en est une des plus traumatisantes. La preuve, il fallut tout un été et plus de 3 mois avant que Yousan et Sugarine puissent enfin envisager de remettre les pieds au bistrot.

Parce que bon, les Brasseurs c’est quand même surtout une usine à faire du fric avec 2-3 sortes de bières qui appâtent l’aventurier naïf. Mais ces burgers, ces burgers… 😥

Un bout de semelle industriel trop cuit, dur comme du pain sec que même les canards ils en boufferaient pas, des carottes-céleri râpés sauce mayonnaise et du ketchup à la térébenthine avec des frites molles et insipides – que même Susan, qui pourtant crevait bien la dalle, elle ne réussit pas à le terminer, son plat (contrairement à la bière de printemps agave et citron vert, qui coule toujours à flots à flots à flots dans ce genre d’occasion – un peu comme le Nil tiens) (oui, bin en même temps, tu m’étonnes que t’as besoin de te saoûler dans ce genre de taverne!)

Quant à Youri, appâté par les Flammenküche et déppâté par la crème végétale utilisée (de la crème végétale ? et puis quoi encore ? de la bière sans alcool, des steaks végétariens ?) dans la confection de ces tartes aussi alsaciennes que Youri est haltérophile, se rabattit bêtement sur une carbonnade, nostalgique de ses années passées en Belgique (enfin, dans des bandes dessinées belges, mais passons). Une carbonnade qui était à la carbonnade ce que Benny B, pour rester en Belgique, est à la culture hip hop. 

Et maintenant en guise de transition, une vidéo avec des chatons :
Le chat qui adore son lit

Mais nos valeureux héros avaient une clé lausannoise à rentabiliser. Ainsi, dès l’automne venu, ils décidèrent de repartir à la conquête de la gastronomie lausannoise. Et de tenter le second restaurant éthiopien, l’Abyssinia 

Les fidèles lecteurs se souviennent probablement avec émotion de la visite des aventuriers de l’extrême* au Nil Bleu, inutile donc de refaire toutes les blagues – même si « à laisser, l’acier » était particulièrement savoureuse – parce que je sais pas comment ça se passe avec les restaurants suisses à Addis-Abeba, mais les restaurants éthiopiens de Lausanne servent des menus quand même très semblables.

 

 

Sauf qu’à l’Abyssinia, le tej s’appelle tegi et qu’ il y a en plus :

–          des tables d’environ 23 centimètres de haut, toujours particulièrement appréciées de ceux qui, comme Youri, ont la présence d’esprit de mesurer pas mal de centimètres, manger avec ses genoux entre les dents, ce n’est jamais pratique

–          des crêpes qui fondent un peu plus, moyennement appréciées de gens qui, comme Youri, sont adroitement un peu différents

–          des baklava à la glace pistache pour le dessert (oui je sais, Suga et Youve ont fait aussi cette tête en les voyant arriver, ahlala c’est comme ça quand on lit trop vite les menus) (c’est dans le menu à 38.-, les baklavas à la glace) (si tu commandes à la carte y’a moyen d’y échapper)

–          le café typique éthiopien (auquel Yousan et Suri ont échappé, mais légèrement involontairement)

–          une absence d’escaliers appréciée des grands-mamans (même si, soyons réalistes, y a bien que les jeunes cool pour fréquenter ce genre d’endroit interlope)

–          et un parking tout près !

*Enfin, pas jusqu’à Praz-Séchaud quand même, c’est trop loin et surtout ça monte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :