ma jonque céleste

7 février 2010 at 11:04 (Uncategorized) (, , , , , )

Il arrive parfois que Susan et Youri, tout entraînés et expérimentés qu’ils soient, losent quand même méchamment. En ce jour pourri du samedi 6 février par exemple. Erreur de timing? Problème de synchronisation? Décalage uchronique?

Toujours est-il que, éblouis par les rapports clinquants de leurs prédécesseurs, ceux qu’on appelait désormais – à l’instar d’un Brangelina ou d’une Richesca et sans allusion aucune à la crique d’un certain Dawson- « Suri », avaient négligé de consulter les oracles et de vérifier l’adresse avant de partir.

Il ne trouvèrent donc jamais l’hamburgeria de Jacky, supposément située à la rue de l’Ale . (réf. néc.)

Et finirent donc au Ma-Jong, fast food asiatique bien connu des escaliers du Grand-Pont (raccourci pavé entre le métro et le Manora ndlr) et des habitants du quartier. L’endroit étant tellement connu et reconnu de la faune locale que les touristes viennent de Renens (RENENS!) pour y manger au sortir de leurs  emplettes marchetières, Susan & Youri décidèrent d’un commun accord qu’un rapport détaillé serait – exceptionnellement – superflu. Et ce d’autant plus que l’appareil photo avait subi de malheureux dommages collatéraux corollaires à une chute en escalier. Sans image, pas de rapportage!

Le \o/: le verre d’eau du robinet en self-service dans un coin de la salle.

Le FAIL: gros courant d’air à la sortie. Ouverture des portes automatique, sans te demander ton avis. Ce qui est énervant quand tu n’as pas fini de mettre tes gants.

Publicités

Permalien 5 commentaires

Arutututu

26 janvier 2010 at 22:25 (Uncategorized) (, , , )

Mardi. 19h30. Il pleut.

Susan Vegan et son acolyte coréen Youri Margarine remontent le col en direction de la ville. Car oui, il y a de la bise (et non de la pluie comme annoncé précédemment). Et surtout, ça monte.

A l’Areriroung Arirra rôôô Arirang, sans surprise  et conformément à toute attente, on a envie de goûter tout ce qu’il y a sur la carte (ainsi que la serveuse, pour certainEs). Mais nos deux héros se décident pour une soupe kimchi qui déchire la bouche, une crêpe poireaux qui déchire sa race, des pots-au-feu tofu-boeuf et du boeuf mariné au soja, le tout accompagné de divers légumes froids marinés (et des patates… ahlala ces patates!). Le vin de prune et la bière coréenne flattent la fibre assoiffée de nos aventuriers – une bière coréenne d’ailleurs étonnamment sympathique malgré son étiquette qui semble plutôt faire la promotion d’une lessive est-allemande (voir figure 2).

Une carte des desserts particulièrement exotique – comprenant entre autres thé froid à la cannelle et au gingembre, mais aussi glace aux haricots rouges avec riz en flocons par exemple – amènera selon toute vraisemblance nos deux héros à revenir en ces lieux. Dans l’immédiat Youri opte pour du ginseng séché et du thé à la cacahuète. C’est assez… particulier (et surtout particulière)! (et une bonne dose de savoir-faire… savoir-faire) (tu tu tu, tu tu tu tutu) (intermède musical proposé par Partenaire particulier)

Le \o/ : les inscriptions un peu suggestives sur la vitre à l’entrée

le FAIL: la soupe qui arrive si bouillonnante à table que votre partenaire particulierE dort depuis longtemps dans son lit que vous vous brûlez encore la bouche (à noter que le kimchi au piment n’arrange pas les choses non plus)

Permalien 2 commentaires